La préparation aux expositions

La préparation aux expositions

L'objet d'une exposition canine est de choisir parmi les chiens présents ceux qui se rapprochent le plus du standard de chaque race afin de sélectionner les futurs reproducteurs. Dans cette compétition, avoir un beau chien ne suffit pas, encore faut-il le préparer pour l'amener au meilleur de sa condition le jour J. 

La condition On entend souvent le mot " condition " autour des rings de présentation. D'après la définition du dictionnaire, la condition est " un état passager relativement au but visé ". Ce terme est particulièrement approprié à la compétition cynophile.
Une exposition canine est un véritable show où, une fois examinées les qualités de chaque chien par rapport au standard, intervient le classement des concurrents les uns par rapport aux autres. Pour triompher, un chien doit être au maximum de son potentiel.
Cela passe naturellement par la condition physique car les chiens sont jugés tant sur leur morphologie que sur leurs allures . Le jour de l'exposition, le chien, quelle que soit sa race, doit être parfaitement musclé, vif, alerte, pleine peau mais sans excès. Le contrôle de cet état physique doit se faire chaque jour, avec une acuité décuplée au fur et à mesure que se rapproche l'exposition : si l'animal prend trop de poids ou, au contraire, est trop sec, il doit être possible de rectifier les rations ou l'exercice. A l'aspect morphologique de la condition physique est rattaché le côté endurance. Les jugements sont parfois très longs lorsqu'il y a beaucoup de concurrents et, pour certaines races, notamment les chiens de travail, l'endurance est primordiale. Le chien doit pouvoir tenir la distance, faire de nombreux tours de ring sans avoir de défaillances et reprendre une position statique idéale dès que cela lui est demandé. Ce qui suppose un entraînement approprié et ne s'improvise pas l'avant-veille de l'exposition. 

L'entraînement


Trotter longuement autour d'un ring et prendre la statique la plus avantageuse selon le standard n'est pas une activité naturelle pour les chiens, aussi doivent-ils être habitués à cet exercice le plus tôt possible. On peut apprendre à un chiot à rester en statique dès l'âge de 3 mois : il suffit de le poser sur une table et de le maintenir calmement dans la position désirée. Bien sûr, le chiot bougera beaucoup au début et les séances seront courtes, accompagnées de beaucoup d'encouragements. Mais le chiot comprendra vite ce qu'on lui demande et surtout que cet exercice est lié à un moment agréable pour lui comme pour son maître. Il faut aussi regarder régulièrement ses dents et ne pas hésiter à demander à une personne extérieure à la maison de lui ouvrir la bouche comme le juge le fera plus tard, ce qui habituera le chien à se laisser faire sans crainte.
A ce stade, on peut commencer à lui passer une laisse semblable à celle qu'il portera plus tard en exposition. Ainsi, il fera la différence entre ses différents types d'activités à l'instant même où l'on prépare ses affaires et il reconnaîtra très vite ce qu'on lui demande. L'avantage d'un chien bien conditionné à la statique et au rituel de présentation est qu'on peut le laisser des mois sans lui faire pratiquer cette activité : il reprendra immédiatement ses réflexes dès qu'il aura identifié la demande à condition toutefois qu'elle soit toujours associée à un moment de plaisir.
Une fois la statique bien assimilée, il convient d'aborder la présentation en mouvement, très importante car elle permet de déterminer la justesse des allures. Il existe des allures typiques pour chaque race : un Fox marche d'une manière raide et très parallèle qui n'a rien à voir avec la façon souple de se déplacer d'un Saluki. L'allure jugée en exposition est le trot. Le chien est tenu de la main gauche, le conducteur placé à l'extérieur du ring de présentation de manière à ne jamais se mettre entre le juge et le chien. Les séances d'entraînement aux allures doivent être courtes avec un jeune chien, composées de simple allers et retours, puis de plus en plus longues avec un chien que l'on s'apprête à exposer. La technique est relayée par la condition, et l'activité physique d'un chien d'exposition est ajustée à ses besoins : un Berger allemand qui trotte 1 heure sur le ring est entraîné derrière un vélo ou accompagne fréquemment son maître lors de ses joggings !

Le toilettage


Selon les races, le toilettage est extrêmement sophistiqué ou... quasiment absent. Mais si le travail de toilettage sur un grand Caniche blanc et sur un Braque allemand n'a rien de comparable, il reste que tous les chiens doivent être impeccables. La propreté du chien, un poil brillant et dépourvu de parasites sont indispensables pour n'importe quelle race. Comme pour l'entraînement, la qualité du poil ne s'improvise pas la veille de l'exposition, même pour leschiens rustiques ou à poil court.
On dit souvent que le poil est le miroir de la santé : des conditions de vie satisfaisantes, une bonne alimentation, des vermifugations régulières sont requises afin que le chien ait la qualité de poil minimale pour être présenté.

En ce qui concerne les races à poils ras ou court, un simple bain suffira avant l'exposition. Pour les autres, tout dépend de ce qui est demandé par le standard et il existe des schémas de toilettage précis pour chaque race. Mais qu'un chien soit épilé, tondu ou simplement démêlé, là encore, il faut s'y prendre largement à l'avance. Un chien à poil dur doit être épilé plusieurs semaines avant la compétition, de simples retouches intervenant la veille du jour J.

Un chien à poil long aura sa fourrure entretenue régulièrement, ne serait-ce que pour son confort. Il faut toujours garder à l'esprit que les beaux chiens qui font l'admiration de tous lors des grands championnats ne sont jamais le fruit du hasard, mais le résultat d'un travail et d'une attention constants.

Le moral et la complicité

Le chien est un être vivant particulièrement sensible. Il accompagne l'homme dans son travail et ses loisirs depuis la nuit des temps et le fait avec bon cœur. Les expositions canines sont un réel travail pour le chien : il doit marcher, se plier à des rituels, être calme et patient. Rien ne peut être obtenu de lui à haut niveau s'il n'aime pas y participer. Il doit avoir le moral, la pêche ! Plus il est proche de son maître, mieux il se présente, car la complicité est indispensable : chien et conducteur doivent se comprendre sans un mot, avoir une totale confiance l'un dans l'autre pour réagir vite et bien. Cette confiance et cette complicité s'obtiennent grâce à des activités annexes : jeux, promenades, caresses et vie commune. Car le plaisir des expositions canines, ce n'est pas seulement démontrer que l'on a un beau chien, mais aussi un bon chien, bien dans sa peau.

Textes proposés par le site internet Aniwa.com

 

Commentaires (1)

1. best replica watches (site web) 14/02/2012

Thank you for sharing contents of the article very well. Click here to move your mouse, you can see .Using the successful rise of the replica company, it has become hard to inform which is actually fake and that is genuine.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×